Qui est Allah ?

O musulmans, Allah dit dans son livre : « C’est à Allah qu’appartiennent les noms les plus beaux. Invoquez-Le par ces noms et laissez ceux qui profanent Ses noms ; ils seront rétribués pour ce qu’ils ont fait. »

El boukhari rapporte dans son recueil authentique d’après Abou Hourayra : le Prophète (qssl) a dit : « Allah a 99 noms, 100 moins 1. Personne ne les gardera dans sa mémoire sans entrer au paradis. Et Il est impair et il aime le nombre impair. »

L’érudit Ibn el qayyim a dit : « et certes Il appelle ses serviteurs à le connaitre à travers ses noms et attributs ; et il les appelle à ce qu’ils lui fassent ses louanges par eux, et Il les appelle à ce qu’ils prennent dans cela une large part de l’adoration présente en eux. Et certes, Il aime l’effet de ses noms et attributs chez ses créatures, car Il est omniscient et il aime tous les savants, il est généreux et aime les généreux, il est impair et aime le nombre impair, il est beau et aime la beauté, il est clément et aime la clémence ainsi que ses partisans, il est pudique et aime la pudeur ainsi que ses partisans, il est bon et aime les bons, il est reconnaissant et aime les reconnaissants, il est patient et aime ceux qui patientent, il est indulgent et aime les partisans de l’indulgence. »

Mon très cher frère musulman,  médites profondément les quelques mots que telle la selle je vais atteler pour toi, afin de percevoir quelques-uns des noms d’Allah et de ses attributs et actions que je vais te rappeler.

Lorsque l’inquiétude s’installe, et que le souci est colossal, lorsque la difficulté est intense, et que la catastrophe est immense, lorsqu’il n’y a plus de raccourci, et que tout est noirci, celui dans la détresse appelle sans cesse le cœur en liesse : « O Allah, O Allah ! il n’y a point de divinité digne d’être adoré si ce n’est Allah, le majestueux l’indulgent ; il n’y a point de divinité digne d’être adorée si ce n’est Allah, le seigneur du trône grandiose ; il n’y a point de divinité digne d’être adorée si ce n’est Allah, le seigneur des cieux, le seigneur de la terre et le seigneur du saint trône. »

Et voici que l’affliction est chassée, que la tristesse est soulagée et que disparait la difficulté ! Allah dit : « nous lui répondîmes et le soulageâmes de son tourment, et c’est ainsi que nous sauvons les croyants ! » Certes, il s’agit d’Allah qu’il soit exalté ! Lorsque la terre est touchée par la sécheresse, et que l’on voit mourir la récolte à toute vitesse ; lorsque les fleurs se fanent, et que tombent les platanes, et que la prairie laisse place à la savane ; lorsqu’il n’y a plus rien à manger, et que l’on ressent un immense danger, les gens sortent alors appeler au secours avec les vieillards au dos courbé, les enfants encore en train d’allaiter et les troupeaux qui aimeraient tant broutés, et tous ensemble ils se mettent à crier : « O Allah, O Allah ! »

La pluie coule alors à flot, et partout s’installe l’eau ; la soif est enfin étanchée et la terre avale tout dans ses tranchées ! Allah dit : « De même tu vois la terre desséchée : dès que nous y faisons descendre de l’eau elle remue, se gonfle, et fait pousser toutes sortes de splendides couples de végétaux. » Certes, il s’agit d’Allah qu’il soit exalté !

Lorsque la maladie assaille le souffrant, et que son corps s’affaiblit lentement ; lorsqu’il se met à pâlir, et qu’il ne sait plus comment réagir et qu’il ne peut plus rien accomplir ; lorsque le médecin est perplexe, devant les médicaments les plus complexes, et que la main ne répond plus aux réflexes ; lorsque le mourant sent son cœur s’affoler, et qu’il se sent de tout le monde isolé, et que le médecin le regarde d’un air désolé, c’est alors vers le Très-Haut, le majestueux que son cri s’est envolé : "O Allah, O Allah !". C’est alors que la maladie déguerpit, et que la santé de nouveau refleurit, et que le souffrant est enfin guéri, et que l’invocation par la détresse nourrie atteint celui qui est des besogneux l’abri ; Allah dit : « Et Ayoub, quand il implora son Seigneur : « Le mal m’a touché. Mais Toi, tu es le plus miséricordieux des miséricordieux » ! Nous l’exauçâmes, enlevâmes le mal qu’il avait, lui rendîmes les siens et autant qu’eux avec eux, par miséricorde de notre part et en tant que rappel aux adorateurs. »Certes il s’agit d’Allah qu’il soit exalté.

Lorsque le bateau s’enfonce loin dans l’océan, et qu’on entend les hurlements du vent ; lorsque le ciel s’emplit de noirs nuages, et que le tonnerre fait rage et que la mer change de visage ; lorsque les vagues balancent le bateau de toutes parts, que les cœurs palpitent et les yeux sont hagards, que la noyade n’est plus seulement un cauchemar, que la mort est la attendre dans son manteau noir, les voix s’unissent sans appeler au hasard : « O Allah, O Allah ! » Son secours alors se présente, et sa lumière fait taire les ténèbres arrogantes, et fait fuir les peurs malveillantes. Allah dit : « Et quand le mal vous touche en mer, tous ceux que vous invoquiez se perdent sauf lui ! »Certes il s’agit d’Allah qu’il soit exalté !"

Lorsque le fœtus n’évolue pas correctement, et que l’accouchement se passe difficilement ; lorsque le bébé a du mal à arriver, et que la mère pense qu’elle va en être privée et que vers le désespoir elle se met à dériver ; la voici qui cherche refuge auprès de celui qui soulage les peines, celui qui répond à toutes les demandes, même les plus vaines, et l’appelle à perdre haleine : « O Allah, O Allah ! » Et voici ses pleurs remplacés par des rires, et voici le nourrisson qui enfin respire. Certes il s’agit d’Allah qu’il soit exalté ! O vous les musulmans ! Certes il s’agit d’Allah qu’il soit exalté ! Le refuge dans l’adversité, l’allié face à l’animosité, le secoureur de la minorité. Celui a qui l’affligé demande l’endurance et la satisfaction, et de tout ce qu’il manque il demande succession, et de tout ce qu’il a perdu il demande réparation ; Allah dit : « ceux qui lorsqu’ils sont touchés par une catastrophe disent : certes nous sommes à Allah et vers lui nous reviendrons ! »

C’est vers lui que se rend l’opprimé en espérant une victoire proche contre celui qui lui a fait de l’injustice, car surement il n’y pas de voile entre Allah et l’invocation de l’oppressé, car celle-ci est certes expéditrice ; Allah dit : « certes je suis battu alors viens à mon secours ! » C’est lui que supplie celui qui a été privé de la descendance, il lui demande de lui octroyer des enfants en abondance ; Allah dit :« O mon seigneur, offre-moi une bonne descendance, car certes tu es celui qui répond à l’invocation ! »

Et tous ceux-là espèrent que l’on exauce leurs prières, et qu’on réalise leurs souhaits les plus chers. Et cela pour Allah n’est point difficile, car sa puissance réalise ce qu’il veut de la façon la plus facile. Quelle sérénité ressent le croyant lorsqu’il se retourne vers son seigneur à une heure fatidique, au moment le plus tragique, et qu’il l’invoque avec ces mots prononcés par Mohamed le prophète à l’éloquence atypique :« O Allah, seigneur des sept cieux, seigneur de l’immense trône, notre seigneur et le seigneur de toute chose, ô toi qui a fendu la graine et le noyau, ô toi qui as révélé la Torah, l’Evangile et le Coran, je cherche refuge auprès de toi contre le mal de toute bête dont le toupet est saisi par ta main. Tu es le premier et rien ne te devance ; tu es le dernier et rien ne te succède ; tu es le Très-Haut et rien ne te surpasse ; tu es le très près et rien n’est plus près ; efface ma dette et épargne-moi la pauvreté ! » Certes il s’agit d’Allah qu’il soit exalté !

Le réconfort des obéissants, le refuge de ceux qui fuient d’un pas pressant, l’abri des peureux angoissants. Celui dont la gratitude se dirige vers le bienfait d’un autre que celui d’Allah, son espoir sera certes vain ; et celui qui se dit que la suffisance est apportée par autre qu’Allah a certes cru a un exécrable baratin ! Rien n’échappe à sa science, de même l’absent ; et rien n’échappe à son regard perçant, Allah dit : « Il n’échappe à ton Seigneur ni le poids d’un atome sur terre ou dans le ciel, ni un poids plus petit ou plus grand qui ne soit déjà inscrit dans un livre évident. »

O musulmans ! Certes il s’agit d’Allah qu’il soit exalté ! Il est tel qu’il s’est décrit lui-même : « Chaque jour, Il accomplit une œuvre nouvelle » ; il pardonne un péché, soulage un tourmenté, ou console un attristé ; il élève certaines personnes et d’autre il les rabaisse, il donne la vie au mort et fait revivre le mort sans cesse ; il répond à celui qui l’appelle et guérit celui touché par une maladie criminelle ; il honore qui il veut et avilit qui il veut ; il répare ce qui est cassé, il donne la richesse à celui qui par la pauvreté est harassé ; il enseigne à celui qui ne sait pas, de l’égaré il guide les pas ; il indique le chemin à celui qui est perdu, il vient au secours de celui qui n’en peut plus ; il nourrit l’affamé, il habit celui qui est touché par la nudité, il épargne celui qui est éprouvé, il guérit celui que personne n’arrive à soigner ; il accepte le repentir du repentant, il récompense le bienfaisant, il extermine les tyrans. Il s’agit d’Allah qu’il soit exalté !

Il fait pleurer et rire, il donne la vie et fait mourir ; il rend triste ou heureux, il rend fier ou honteux ; il prive et donne, il punit et pardonne. Il s’agit d’Allah le seul, l’unique, le très grand, la magnifique ; celui qui n’a pas été engendré et qui n’a pas engendré, et à qui rien ne peut être comparé ; l’accueillant au repentir, le clément, celui au don éminent ; le large l’omniscient, le sage le puissant ! Il a éprouvé Ibrahim par quelques mots ; il a entendu Younous alors qu’il était au fond du ventre du cachalot ; il a répondu a Zakaria et lui a offert alors qu’il était un vieillard Yahya le guide bien guidé, comme douceur de sa part et il était certes d’une piété décidée ! il a soulagé la peine de Ayoub le patient ; il a adouci le fer entre les mains de Daoud l’obéissant ; il a fendu la mer devant le noble prophète Moussa ; vers lui fut élevé le preux prophète Issa ; et pour Mohammed il a fendu en deux la lune ; il a sauvé Houd et Salih et a exterminé leurs peuples d’une façon inopportune ; le feu devint une paix et une fraicheur pour Ibrahim par son commandement ; il rançonna Ismaïl d’une immolation généreuse indubitablement ; il a fait de Issa et de sa mère des signes pour tous les êtres humains ; il a sauvé Lout et envoyé des pierres d’argile sur son peuple : les sots, les vilains ; par sa miséricorde il a sauvé Chou3ayb le courageux, et a exterminé Madian son peuple orageux.

L’érudit ibn el jawzi a dit : « certes Allah a regardé ses créatures dans le but de choisir, il a alors choisi Adam et a fait que ses anges devant lui se prosternèrent consciencieusement ; il a choisi Ibrahim et lui a fait porter le vêtement de son amour chaleureusement ; il a choisi Isma3il et l’a désigné pour aider son père à bâtir la kaaba consciencieusement ; il a choisi Lout et l’a sauvé ainsi que sa famille de leur tourment ; il a choisi Chou3ayb et lui a octroyé l’éloquence dans ses discours et ses serments ; il a choisi Youssouf et lui a montré un signe dans un songe alors qu’il dormait profondément ; il a choisi moussa et l’a fait jouir d’entendre sa voix directement ; il a choisi Daoud et lui a adouci le fer malgré son affermissement ; il a choisi Ayoub : quel coup de talon donné merveilleusement ! Il a choisi Younous et a entendu son appel au milieu d’un profond assourdissement ; il a choisi Zakaria et a répondu à son appel par une annonce provoquant son ravissement ; il a choisi Issa : combien de morts par son ordre se levèrent de leurs tombes sans aucun affolement ! Il a choisi Mohammed, et lui a réservé un traitement de faveur la nuit de l’ascension en le rapprochant de lui particulièrement. Et il s’est détourné de Iblis, il l’a avili en l’éloignant et l’a maudit ; ainsi que de Qabil, car il a certes désobéi ; et de Nemrod, celui qui a dit je fais vivre le mort, quel abruti ! Et de pharaon qui a prétendu être le seigneur, quelle folie ! Et de Qaroune celui qui s’est exhibé devant son peuple avec ses diamants et ses rubis ; et de Abou Jahl, le malheureux au milieu d’une mère, d’un fils et d’une fille bénis ! C’est ainsi qu’Allah décrète toute chose et personne ne peut s’opposer à son choix qui est certes le meilleur, et d’ailleurs le tonnerre le glorifie et le loue ainsi que les anges tellement de lui ils ont peur ! » Certes il s’agit d’Allah qu’il soit exalté !

Personne ne patiente plus que lui face aux atteintes ! Les juifs osèrent dire : la main d’Allah est fermée ! Que ne soient écoutées ni leurs excuses ni leurs plaintes ! Les chrétiens osèrent dire : Allah est le troisième de trois et ils dirent aussi : Allah est le messie fils de Maryam ! Sans qu’ils ne subissent de menaces ou de contraintes ! Et malgré cette effronterie et ce toupet, il les appelle après tout cela au repentir complet ; Allah dit : « Ne vont-ils donc pas se repentir à Allah et implorer Son pardon ? Car Allah est Pardonneur et Miséricordieux. » S’ils se repentaient, il accepterait leur repentir et les laverait de leurs péchés sans les punir, alors qu’ils sont des polythéistes mécréants, que dire alors du musulman désobéissant ? Que donc soit sanctifié l’immense, le créateur, le généreux, le donateur ! Les créatures lui désobéissent alors qu’il les surveille, et comme s’ils n’avaient rien fait il les protège même pendant leurs sommeils ; comme s’ils n’avaient pas péché, sur eux il veille. Même envers le désobéissant il est bon, même au malfaisant il fait des dons ! Qui est celui qui l’a appelé et à qui il n’a pas répondu ? Qui est celui qui lui a demandé et qui il n’a pas donné son dû ? Il est le généreux et de lui vient la générosité ; il est le bon et certes de lui vient la bonté. Celui qui se rapproche de lui d’un empan, il se rapproche de lui d’une coudée ; et celui qui se rapproche de lui d’une coudée, il se rapproche de lui d’une brassée ; celui qui se rapproche de lui en marchant, il se rapproche de lui d’un pas hâté ! Certes la porte est ouverte, qui donc veut rentrer ? L’occasion est présente qui donc veut l’attraper ? La corde est tendue, mais qui veut s’y cramponner ? Le bien est proposé, mais qui donc veut en bénéficier ? Où sont ceux qui cherchent à faire des bénéfices ? Où sont ceux qui veulent épouser les douces accompagnatrices à la beauté sans artifice ?

Celui qui vient vers lui il l’accueille de loin ; et celui qui se détourne de lui, il s’approche de lui et l’appelle avec soin ; celui qui délaisse pour lui quoi que ce soit, il lui donne au-dessus de ce qu’il espérait ; quant à celui qui recherche son agrément, il lui donne tout ce qu’il souhaiterait. Ceux qui l’évoquent sont ceux qui partagent ses assises ; ceux qui lui obéissent sont le fruit de sa convoitise ; ceux qui lui sont reconnaissants jouiront d’une récompense exquise. Quant à ceux qui lui désobéissent, il ne les fait pas désespérer de sa miséricorde sans aucune méprise, et ce, malgré leurs innombrables traitrises ! S’ils se repentent, alors il leur offre son amour ; et s’ils ne se repentent pas, il leur fait don de sa miséricorde jour après jour. La bonne action auprès de lui a 10 fois sa valeur à 700 fois et plus encore sans compter ! Alors que le péché lui ne voit pas sa valeur augmenter ! Celui qui regrette son péché et implore le pardon et la clémence, il lui pardonne et n’accorde plus à son péché une quelconque importance. Il récompense les actions même si elles sont infimes, et pardonne les péchés même si ils sont ultimes. Certes il s’agit d’Allah qu’il soit exalté !

 

Soufiane Abou Ayoub

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site