Noé (Nouh)

 

NOE (Nouh)

 

1. Qui était Noé ?


Les récits du déluge dans les traditions juive et chrétienne reconnaissent Noé comme un homme pieux et droit, prisonnier d’un monde qui croule sous le poids du péché et de l’incroyance. Le Coran et les hadiths du prophète Mohammed (que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui) nous enseignent que le prophète Noé était un symbole d’espoir, parmi les descendants d’Adam, à une époque où le péché et l’anarchie avaient pris le dessus sur les gens.

Au départ, l’humanité formait une seule communauté qui croyait en l’unicité de Dieu; mais avec le temps, la confusion et la perversion s’étaient insinuées parmi les gens. Noé était un homme calme et patient, qui ne se lassait pas d’appeler les gens de son peuple à revenir vers l’adoration exclusive de Dieu. Il était très éloquent; il encourageait les gens, autour de lui, à abandonner l’idolâtrie et il les mettait en garde contre un châtiment terrible s’ils persistaient dans leurs pratiques.

« Nous avons certes envoyé Noé à son peuple. Il leur dit : « Ô mon peuple! Adorez Dieu. Vous n’avez aucun autre dieu à part Lui. » (Coran 23:23)

Noé leur racontait des histoires sur les mystères de la vie et les merveilles de l’univers. Il leur décrivait comment le jour, qui leur apportait le soleil leur permettant de vaquer à leurs occupations, succédait à la nuit, qui leur apportait fraîcheur et repos. Il leur parlait de Dieu, le Créateur divin, qui possède les cieux et la terre, et soulignait à quel point la terre est vaste et magnifique. Il leur expliquait que le monde avait été créé pour leur bien-être, mais que l’homme avait aussi des obligations, dont celle de n’adorer que Dieu de façon exclusive, sans jamais Lui associer d’autres divinités inventées de toutes pièces. Mais lorsque Noé se mit à parler du châtiment qui attend les idolâtres, son peuple éprouva du ressentiment et de la colère à son égard.

Les origines de l’idolâtrie

Le prophète Mohammed (que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui) nous a dit que dix générations séparaient les prophètes Adam et Noé. Nous savons que cela représente une longue période de temps, car Noé lui-même vécut plus d’un siècle et, de manière générale, les gens, à cette époque, vivaient plus longtemps qu’aujourd’hui.

Durant les années séparant Adam de Noé, des générations de gens ont gardé en mémoire et appliqué les lois enseignées par Adam, tout en adorant Dieu comme il se doit. Mais avec le temps, les gens commencèrent à oublier. Parfois, des vertueux parmi eux leur rappelaient leurs obligations envers Dieu. Puis, ces vertueux moururent les uns après les autres et le diable vint chuchoter à l’esprit de ceux qui restèrent, leur suggérant diverses pensées, avec ruse et malice.

Le diable suggéra aux bonnes personnes d’ériger des statues à l’image de ces hommes vertueux afin de se souvenir d’eux, ce qui leur rappellerait d’adorer Dieu. Ces personnes, pourtant pieuses, érigèrent des statues dans leurs lieux de rassemblement et dans leurs maisons et le diable les laissa faire et se fit discret jusqu’à ce que la plupart d’entre eux eussent oublié la raison même de l’existence de ces statues. Plusieurs années plus tard, le diable se manifesta à nouveau pour leur suggérer d’adorer directement ces statues.

Une narration authentique du prophète Mohammed (que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui) résume les origines de l’idolâtrie. Ibn Abbas, un proche compagnon du Prophète, rapporte :

« Au départ, les noms (des idoles) étaient ceux d’hommes pieux du peuple de Noé. Et quand ils moururent l’un après l’autre, le diable suggéra aux gens d’ériger des idoles à l’effigie de ces hommes et de les disposer aux endroits où ces hommes pieux avaient l’habitude de s’asseoir, et de leur donner les noms de ces hommes. C’est donc ce qu’ils firent, mais les idoles ne furent pas adorées comme tel avant que les personnes qui les avaient fabriquées meurent à leur tour et que l’origine des idoles devienne obscure pour les gens. C’est alors qu’ils se mirent à les adorer. » (sahih al-Boukhari)

L’appel de Noé

Le mot « prophète », en arabe, se dit « nabi », et ce terme est dérivé du mot « naba », qui signifie « nouvelle ». La révélation provient de Dieu et les prophètes sont ceux qui transmettent la nouvelle parmi leur peuple. Un messager, cependant, est envoyé avec une mission bien précise, habituellement transmettre de nouveaux commandements de Dieu. Chaque messager est aussi un prophète, mais tout prophète n’est pas nécessairement un messager. Comme, à l’époque de Noé, il s’agissait de la première fois que l’humanité se détournait de l’adoration exclusive de Dieu telle qu’enseignée par Adam, Dieu, dans Son infinie bonté et dans Sa grande miséricorde, respecta la promesse faite à Adam d’envoyer des messagers pour guider l’humanité. Il envoya d’abord Noé, le premier de Ses messagers.

Abou Hourayrah a rapporté que le prophète Mohammed a dit :

« Au Jour du Jugement, les gens viendront voir Noé et lui diront : « Ô Noé, tu es le premier des messagers a avoir été envoyés sur terre et Dieu t’a qualifié de serviteur reconnaissant. » (sahih al-Boukhari)

Adorer diverses divinités plutôt que Dieu a de graves conséquences, dont la moindre est l’absence de liberté. Car le diable asservit l’homme, détruit son esprit et le rend incapable de distinguer le bien du mal. Lorsque Noé mit les gens de son peuple en garde contre le tourment qui les attendait s’ils n’abandonnaient pas l’idolâtrie, son avertissement fut largement ignoré. Il leur expliqua comment le diable les trompait, mais ils n’écoutèrent pas et se détournèrent. Noé les mettait en garde jour et nuit, transmettait son message en public ou alors en privé, en prenant certaines personnes à part. Et pourtant, à part une poignée de gens, la grande majorité le traita de menteur. Alors Noé se tourna vers Dieu en implorant :

« Seigneur! J’ai appelé mon peuple nuit et jour, mais mon appel n’a fait qu’accroître leur répulsion. Et chaque fois que je les ai invités (à croire) afin que Tu puisses leur pardonner, ils ont mis leurs doigts dans leurs oreilles, se sont enveloppés dans leurs vêtements, se sont entêtés (dans leur refus de croire) et se sont montrés orgueilleux à l’extrême. » (Coran 71:5-7)

Ceux qui répondirent à l’appel de Noé étaient parmi les plus faibles et les plus pauvres parmi son peuple. Les leaders et tous ceux qui jouissaient d’un quelconque pouvoir se montrèrent arrogants et rejetèrent ses paroles en disant :

« Nous voyons que tu es manifestement dans l’erreur. » (Coran 7:60)

Mais Noé ne cessa jamais d’appeler son peuple vers Dieu, jour après jour, année après année. Et il endura leurs railleries durant plus de 950 ans

 

2. Noé construit l’arche

Noé continua de prêcher à son peuple, qui se divisa en deux groupes. Ses paroles atteignirent le cœur des faibles, des pauvres et des opprimés; mais les gens riches et influents rejetèrent ses paroles, obsédés qu’ils étaient par la possible perte de leur pouvoir et de leur statut. Une guerre de mots commença entre Noé et les mécréants. Ces derniers accusèrent Noé de n’être rien d’autre qu’un simple être humain. Noé reconnut qu’il était en effet un simple être humain, mais un être humain leur transmettant une mise en garde très claire de la part de Dieu. Dieu dit, dans le Coran :

« Et Nous avons envoyé Noé à son peuple. (Il leur dit) : « J’ai reçu pour mission de vous avertir clairement, afin que vous n’adoriez que Dieu. Certes, je crains pour vous la rétribution d’un jour douloureux. » Les notables de son peuple, qui ne croyaient pas, dirent alors : « Nous ne voyons en toi qu’un mortel comme nous. Et nous voyons que ce sont seulement les plus misérables d’entre nous qui te suivent sans réfléchir. Et nous ne voyons en vous aucune supériorité sur nous – nous pensons plutôt que vous êtes des menteurs. » (Coran 11:25-27)

Noé expliqua aux rebelles qu’il n’y avait que des avantages à se tourner vers Dieu et à implorer Son pardon. Dieu ferait venir la pluie quand ils en auraient besoin, Il leur accorderait des biens et une belle progéniture, de même que des jardins luxuriants et des ruisseaux. Mais les mécréants le rabrouèrent, parfaitement à l’aise dans leur fierté et leur arrogance.

Le conflit s’intensifie

Ceux qui étaient contre Noé cherchèrent à négocier avec lui. Ils lui firent comprendre que le groupe des pauvres et des miséreux ne pouvait cohabiter, au sein de la même religion, avec le groupe des riches et des puissants. Bien que continuellement raillé et intimidé par les mécréants, Noé réagit de manière aimable. Il leur expliqua que jamais il ne pourrait repousser les humbles et les pauvres qui avaient répondu à son appel, car ces gens, leur dit-il, étaient les invités de Dieu. Il tenta de les raisonner et de leur faire voir la réalité de leur situation. Humblement et avec le cœur lourd, Noé réfuta leurs arguments :

« Ô mon peuple! Je ne vous demande pas de richesses en retour. Mon salaire n’incombe qu’à Dieu et je ne repousserai point ceux qui croient – ils auront certes à rencontrer leur Seigneur – mais je trouve que vous êtes un peuple ignorant. Ô mon peuple ! Qui me secourra contre (la punition de) Dieu si je les repousse ? Ne réfléchirez-vous donc pas ? Je ne vous dis pas que je détiens les trésors de Dieu ou que je connais l’invisible, et je ne vous dis pas que je suis un ange ! Et je ne dis pas non plus à ces gens, que vos yeux méprisent, que Dieu ne leur accordera aucune faveur – car Dieu connaît mieux ce qu’il y a dans leur âme. (Si je le leur disais), je serais alors certainement du nombre des injustes. » (Coran 11:29-31)

Mais leurs désaccords se poursuivirent jusqu’à ce que les mécréants soient à court d’arguments. Ils se moquèrent de Noé et des croyants, mais cela ne découragea pas Noé de continuer à transmettre son message. Puis, après un temps, n’en pouvant plus, il se tourna vers Dieu et L’invoqua de tout son cœur. Même s’il demeurait patient, bon et gentil envers tous, il avait enfin compris que les mécréants ne feraient rien d’autre que de semer la corruption et l’incroyance sur terre, cherchant à égarer les croyants et leurs enfants. Noé pria ainsi Dieu :

« Et Noé dit : « Seigneur! Ne laisse sur terre aucune âme qui vive parmi les mécréants. Si Tu les laisses [en vie], ils égareront Tes serviteurs et n’engendreront que des ingrats dépravés. » (Coran 71:27)

Dieu exauça la prière de Noé.

L’arche

Dieu dit à Noé de construire une arche et décréta que les mécréants seraient noyés.

« Construis l’arche sous Nos yeux et conformément à Notre révélation, et ne t’adresse plus à Moi au sujet des injustes, car ils vont être noyés. »(Coran11:37)

Noé choisit un endroit situé à l’extérieur de la ville et éloigné de la mer pour construire son arche. Les mécréants rirent et se moquèrent de lui à cause de l’emplacement de l’arche, loin de l’eau. Comme ils n’avaient aucune compréhension du pouvoir et de la magnificence de Dieu, ils ne pouvaient comprendre pourquoi Noé construisait un bateau au sommet d’une colline, loin de l’océan. Ils le traitèrent de fou, en riant bruyamment. Petit à petit, l’arche prit forme et, lorsqu’elle fut terminée, Noé attendit patiemment l’ordre de Dieu.

« Puis, lorsque vint Notre commandement et que, du four, l’eau se mit à jaillir (hors terre), Nous dîmes : « Fais monter dans l’arche un couple de chaque espèce, ainsi que ta famille – à l’exception de ceux contre qui le décret a déjà été prononcé – et ceux qui croient. » Or, ceux qui croyaient avec lui étaient peu nombreux. » (Coran 11:40)

Lorsque l’eau se mit à jaillir de la terre et à tomber du ciel, Dieu donna l’ordre à Noé de monter à bord de l’arche avec sa famille et les croyants. Il lui commanda également de prendre avec lui un couple de chaque animal, oiseau et insecte. Les mécréants le regardèrent faire d’un air incrédule, lui demandant ce qu’il comptait faire avec tous ces animaux.

L’épouse de Noé ne monta pas avec lui, car elle n’avait jamais cru au message qu’il prêchait, pas plus que son fils aîné, qui s’imagina pouvoir échapper aux eaux en grimpant sur une montagne. Les érudits musulmans ont divers points de vue sur le nombre de personnes qui montèrent à bord de l’arche, mais le chiffre le plus élevé qui ait été avancé est de 80. Tandis que les croyants et les animaux montaient à bord de l’arche, l’eau se mit à jaillir de chaque fente, dans la terre, et la pluie se mit à tomber du ciel comme jamais auparavant. Heure après heure, le niveau de l’eau augmenta, jusqu’à inonder complètement la terre.

 

3. Le déluge


Les croyants montèrent à bord de l’arche en prononçant le nom de Dieu, tout comme font les musulmans, de nos jours, lorsqu’ils commencent une chose en prononçant le nom de Dieu.

« Et il dit : « Montez dedans! Que sa course et son mouillage soient au nom de Dieu. Certes, mon Seigneur est Pardonneur et Miséricordieux.» Et l’arche vogua en les emportant au milieu de vagues (hautes) comme des montagnes. » (Coran 11:41-42)

Noé avait construit l’arche en suivant les instructions de Dieu et elle s’avéra être un refuge sécuritaire pour les croyants, qui étaient ainsi à l’abri de la pluie et de l’eau jaillissant de la terre. Puis, l’intérieur de la terre remua d’une étrange façon et le sol des océans se souleva par coups saccadés, provoquant des vagues énormes, aussi hautes que des montagnes, qui submergèrent tout sur leur passage. Elles soulevèrent l’arche, qui parut soudain aussi fragile qu’une boîte d’allumettes à la surface de l’océan.

Tout à coup, de l’arche, Noé aperçut un de ses fils, au loin, se débattant dans l’eau. Noé l’appela et l’implora de monter à bord de l’arche. Mais son fils, qui ne croyait pas, lui répondit qu’il allait se réfugier sur une montagne, s’imaginant que jamais les eaux ne monteraient jusqu’aux sommets des montagnes. Noé le supplia, ajoutant que rien ne pourrait le sauver, ce jour-là, à part la miséricorde de Dieu. Mais son fils refusa et il fut emporté par les eaux.

« Noé appela alors son fils, qui était resté au loin : « Ô mon fils! Monte avec nous et ne reste pas avec les mécréants! » Mais (son fils) répondit : « Je vais me réfugier sur un mont; j’y serai à l’abri de l’eau! » Noé lui dit : « Rien ne peut te sauver, aujourd’hui, contre l’ordre de Dieu; (tous périront) sauf celui à qui Il fait miséricorde! » C’est alors que les vagues s’interposèrent entre eux; le fils (de Noé) fut englouti. » (Coran 11:42-43)

Le déluge prend fin

« Puis, il fut dit : « Ô terre, absorbe ton eau! Et toi, ciel, cesse de pleuvoir! » L’eau baissa, l’ordre fut exécuté et l’arche se posa sur le (mont) Joudi. Il fut alors dit : « Que disparaissent les injustes! » (Coran 11:44)

Contrairement aux traditions juive et chrétienne, les textes islamiques ne mentionnent pas que Noé aurait envoyé un oiseau chercher une étendue de terre sèche. Le Coran affirme plutôt que, sur l’ordre de Dieu, la pluie cessa et la terre absorba l’eau. Le calme revint et le soleil se mit à briller. Le déluge avait débarrassé la terre de l’idolâtrie et des mécréants. Pas une seule personne ayant refusé de croire en Dieu ne fut laissée vivante, sur terre. L’eau disparut et l’arche se posa sur le Mont Joudi (que l’on croit être situé dans l’actuelle Turquie).

Noé était un prophète et un leader, mais c’était aussi un père. Le cœur rempli de tristesse, il se tourna vers Dieu et dit :

« Seigneur! Certes, mon fils fait partie de ma famille ! Ta promesse est vérité et Tu es le plus juste des juges. » (Coran 11:45)

Noé faisait ainsi allusion au fait que Dieu lui avait promis de sauver sa famille. Il ne doutait pas des paroles ni de la promesse de Dieu, mais il cherchait à comprendre. C’est alors que Dieu lui enseigna une importante leçon.

En tant qu’êtres humains, nous utilisons les mots pour définir certaines choses, mais Dieu peut parfois leur donner un sens différent. Par exemple, le mot « prière » signifie, avant tout, invoquer Dieu; mais l’islam a donné une nouvelle signification à ce terme, la prière étant devenu un rituel accompli cinq fois par jour. Lorsque nous utilisons le mot « famille », nous pensons aux liens du sang; c’est pourquoi Noé, dans son invocation, soulignait que son fils faisait partie de sa famille. Mais Dieu répondit à Noé que son fils ne faisait définitivement pas partie de sa famille, car il était mécréant. En effet, la vraie famille est celle des croyants.

(Dieu) dit : « Ô Noé! Il n’est pas de ta famille, car il s’est conduit de façon infâme. Ne m’interroge pas sur ces choses dont tu n’as aucune connaissance. Je t’exhorte afin que tu ne sois pas du nombre des ignorants. » (Coran 11:46)

Noé comprit. Alors il dit : « Seigneur! Je cherche refuge auprès de Toi (contre le péché) de T’interroger sur des choses dont je n’ai aucune connaissance. À moins que Tu ne me pardonnes et me fasses miséricorde, je serai du nombre des perdants. » (Coran 11:47)

Noé relâcha les animaux, les oiseaux et les insectes, qui se dispersèrent sur terre. Lui et sa famille (de croyants) descendirent de l’arche et Noé se prosterna au sol. C’est à partir de ce moment que le Coran et les narrations du prophète Mohammed cessent de parler de Noé. Nous ne savons donc pas ce qui se passa par la suite et ce qu’il advint des gens qui l’accompagnaient. La seule chose que nous savons, c’est que sur son lit de mort, il appela ses fils près de lui et leur rappela de n’adorer que Dieu, le Créateur et Pourvoyeur de l’univers.

Dans un hadith, le prophète Mohammed (que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui) a dit :

« Lorsque la mort s’approcha du messager de Dieu, Noé, il appela ses fils et leur dit : « Je vous donne un conseil très important. En fait, je vous commande deux choses et vous mets en garde contre deux autres. Je vous enjoins de croire qu’il n’y a pas d’autre divinité à part Dieu et que si les sept cieux et les sept terres étaient disposés sur un côté d’une balance et que les mots « il n’y a pas d’autre divinité à part Dieu » étaient disposés sur l’autre côté, ceux-ci pèseraient plus lourd que les premiers. Et je vous mets en garde contre le fait d’attribuer des associés à Dieu et contre l’arrogance. » (sahih al-Boukhari)

La majorité du peuple de Noé rejeta son message, mais ce dernier a survécu dans le cœur et dans l’esprit des musulmans jusqu’à aujourd’hui. Les paroles réconfortantes et l’espoir transmis par Noé, à ses fils, sur son lit de mort, font partie des croyances musulmanes. Car le prophète Mohammed (que la paix et les bénédictions de Dieu soient sur lui) nous a également dit que Dieu a pris un engagement envers les croyants : s’ils n’adorent aucune autre divinité à part Lui, Il ne leur refusera pas le Paradis.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site