Les mérites du Fajr

Les dix réveils du Fajr

 

Ces dix arguments constituent un ensemble amplement suffisant, pour celui ou celle qui n'est pas atteint de surdité et de dureté du cœur. La faiblesse de l'âme est un mal qui nous concerne tous, et seul l'imprégnation des rappels coraniques et sunnites (hadiths) encourage de manière efficace la communauté à se remettre en cause et à construire une atmosphère propice à l'obéissance divine. Le respect et la mise en œuvre de ces dix réveils peut non seulement sauver l'individu de la colère divine, mais en plus, lui faire bénéficier de nombreux bienfaits, dont les preuves sont tirées de preuves authentiques.

Ce texte peut tout à fait être imprimé et lu autant de fois que possible, tant il est court, mais profond de par les hadiths qu'il contient. Vous pouvez éventuellement ne garder que les versets et les hadiths qui vous paraissent suggestifs et convainquants. Le but est de mettre toutes les chances de votre côté, et d'amplifier les "forces du réveil". Sachez également qu'il existe de nombreuses autres méthodes toutes aussi efficaces les unes que les autres. Certain(e)s n'ont besoin que d'un seul réveil. En réalité, la quantité mise en oeuvre en dit long, sur l'état spirituel de la personne.

Premier réveil : La protection divine.

Dans le hadith authentique rapporté par Muslim et d'autres, Jundub Ibnou Abdillah rapporte que le messager de Dieu a dit : "Celui qui accomplit la prière de l'aube est sous la protection d'Allah. Veillez à ce qu'Allah n'engage pas des poursuites contre vous au sujet de ce pacte, car s'Il le faisait, vous ne Lui échapperiez pas, et vous seriez culbutés dans le feu de la Géhenne"

Ce hadith présente une double caractéristique en joignant la récompense illustre, à la mise en garde contre un châtiment terrible, animé par des regrets amers. Le simple souvenir de cette parole prophétique, lorsqu'elle a été honorée par le fidèle, nous procure satisfaction et sentiment de sécurité, tout au long de la journée, et ce, quoi qu'il advienne. Le pieux, conscient de sa soumission aux ordres divins, a de tout temps considéré que les épreuves qu'il peut rencontrer tout au long de sa journée, ne sont que miséricorde divine, qu'elles sont méritées, et source de rémission de péchés. Les savants expliquent qu'en procédant à la prière de l'aube telle qu'elle doit l'être, le croyant signe un pacte avec Allah lui offrant sans aucun doute, la meilleure protection qui puisse être vécue. Ce sentiment de sécurité et de réconfort envahit le croyant, au point de lui faire vivre une journée pleine d'assurance divine, lui permettant de cheminer en toute quiétude, jusqu'au lendemain.

Quant à celui qui se prélasse jour après jour dans le sommeil et la négligence, il ne récolte que les fruits qui l'empoisonneront le jour du jugement, qu'Allah nous en préserve !

Deuxième réveil : La chance que n'ont plus les milliards d'individus sur terre.

Ici, j'invite l'orant à penser s'il le peut, à ces personnes qu'il a connues, et qui sont mortes sans avoir respecté les prières canoniques. Loin d'encourager la communauté à se précipiter dans le jugement prématuré des gens ( à savoir s'ils sont destinées à l'Enfer ou au Paradis), le but est d'encourager la méditation à l'endroit de ceux qui regrettent leur négligence et qui, s'ils étaient revenu sur terre, donneraient ce qu'ils ont de plus cher à leurs yeux, afin de prier, ne serait-ce que deux rakaats...Mais la mort constitue comme vous le savez, le point de non-retour. C'est d'ailleurs, ce qui ressort en substance de ce hadith authentique rapporté par At-tabarani dans Al mu'jam al awsat.

Dans ce hadith, Abu Horaira témoigne que le prophète passa un jour près d'une tombe, et dit à ses compagnons : "A qui appartient cette tombe ?" Ils lui citèrent son nom et le prophète dit : "L'accomplissement de deux rakaats valent mieux aux yeux de celui-ci, que tout ce que vous amasserez comme richesses le restant de votre vie"

Il incombe à l'individu qui se considère comme étant suffisamment intelligent, de méditer sur la chance qu'il a d'être en vie. Car les difficultés liées au réveil sont vécues par l'humanité toute entière, et ne justifient en rien, l'abandon et la négligence.

Le troisième réveil : Le mal éphémère pour le bien-être éternel

Chaque jour durant lequel l'individu se réveille relativement tôt, débute par une sensation extrêmement pénible, de torture presque, faisant parfois croire qu'il est malade, alors qu'il ne l'est pas du tout. Le diable et/ou l'âme suggère ainsi à l'individu, que s'il se réveille sur le champs, il passera une journée difficile, dans un état dépressif. Ce que l'individu oublie de dire, ou ce à quoi il ne veut pas réfléchir, c'est aux conséquences néfastes qu'ils construit tout autour de lui, et qui ne dureront pas un jour, mais bien plus...

Relativiser devient ici, le leitmotiv des croyants qui se réveillent à l'aube, uniquement dans le but de prier.

La douleur physique et morale qu'engendre le réveil à ses premiers instants doit être littéralement liquéfiée par le rappel de ces deux versets éloquents, pour qui n'est pas sourd et/ou aveugle...

"Ils s'arrachent de leurs lits pour invoquer leur Seigneur, par crainte et espoir; et ils font largesse de ce que Nous Leur attribuons. Aucun être ne sait ce qu'on a réservé pour eux comme réjouissance pour les yeux, en récompense de ce qu'ils oeuvraient !" Sourate As-sajda, verset 16 et 17

Ce signe divin fait appel à la confiance, à l'intelligence spirituelle, à la crainte, à l'enthousiasme suscité par la récompense, mais surtout, à l'imagination qui restera toujours en-deça de ce qui est réservé aux patients et à ceux qui font preuve de courage, dans ces moments d'épreuve qui n'ont en réalité, rien de phénoménal, contrairement à ce qui est destiné aux pieux...

Le plus important ici, dans ce troisième réveil, est de comprendre que 5 minutes à peine, après s'être "déshabillé" des suggestions nocives du diable et des penchants de son âme, le plus dur est derrière. En effet, à ce moment, des réactions chimiques entrent en action dans le corps humain, lui donnant une vigueur suffisante pour rester en éveil. C'est ce qu'on appelle un élan de miséricorde divin ou une récompense, puisqu'Allah aurait très bien pu, conserver cet état de souffrance, tout au long de la matinée, voire de la journée...

Quelques secondes de difficultés, pour entrer finalement dans une autoroute où tout est si facile...

Quatrième réveil : Quelques secondes, pour obtenir mieux que tout ce que tu as pu voir de ce monde

L'intelligence humaine, aussi prononcée et vive soit-elle, ne fait et ne fera jamais le poids en face du témoignage prophétique, dans la mesure où il provient d'un Être éternel infiniment sage, détenteur de la Science dans toute son étendue, et qui n'est pas concerné par l'erreur, aussi infime soit-elle. C'est pourquoi, lorsque le croyant lit ou écoute ce hadith authentique rapporté par Mouslim et d'autres d'après Aïcha , et dans lequel messager de Dieu dit : "Les deux rakaats surérogatoires du Fajr, sont meilleures que ce monde et ce qu'il contient", une sensation de béatitude, de jubilation et de reconnaissance extrêmes, doivent en réalité envahir et inonder celui ou celle qui les célèbre (les deux rak'aats). Dans un souci de forme et afin de ne pas submerger le lecteur d'informations, j'invite cependant mes frères et sœurs à prendre connaissance des hadiths qui évoquent la manière dont le prophète priait ces deux rak'aats.

Le caractère exceptionnel de ce hadith montre entre autres, qu'à travers la célébration d'une prière ne dépassant pas quelques secondes (3 à 4 minutes dans la majeure partie des cas), on peut réaliser et bénéficier d'un gain meilleure que tout ce que l'espace terrestre renferme.

J'invite le lecteur à se souvenir autant qu'il le peut à ce verset dont l'émetteur n'est autre que Le Véridique, Celui qui ne failli jamais à Sa promesse :

"Et vos efforts sur terre seront sans aucun doute récompensés" Sourate L'Homme, verset 22

Cinquième réveil : L'humiliation diabolique

Voici un hadith auquel nous n'accordons pas d'importance, et qui à lui seul, peut dans certains cas, encourager l'individu à se lever.

Abdullah Ibn Mass'ud rapporte : "On parla à l'Envoyé de Dieu du cas d'un homme qui avait dormi une nuit entière jusqu'au levé du soleil, et il dit : "Satan a uriné dans les oreilles d'un tel homme" Authentique rapporté par Al Bokhari, Mouslim, An-nassa'i, Ibn Maja.

Le souvenir de cette scène abjecte, dans laquelle on fait comprendre que le négligeant mérite un tel outrage, devrait faire sursauter l'individu qui tient encore à son honneur. La prise de conscience d'un tel attentat déclenche chez l'homme une sensation de dégoût au moment du réveil, qui se traduit par un phénomène chimique pour le moins exceptionnel. En effet, nos découvertes contemporaines sur le plan biologique, nous permettent de comprendre que lorsque le cerveau détecte une source de stress, il envoie un signal aux glandes surrénales qui vont sécréter l'une des substances les plus connues : l'adrénaline. Cette adrénaline va se diffuser dans le sang, jusqu'à créer toute une série de phénomènes parmi lesquels se trouve l'accélération du rythme cardiaque, qui comme chacun le sait, est propice au réveil...

Passons maintenant inchaAllah aux cinq derniers réveils. Ces cinq derniers volets ont pour particularité d'être axés sur les bienfaits découlant de certaines formules, à la fois courtes et simples, qui sont propres à la prière du Fajr où à ce moment de la journée.

Avant de passer au sixième réveil, j'aimerai citer une parole de sagesse de l'illustre savant Ibnoul Qayyim Al Jawziyya, tirée de son très bel ouvrage Al Jawab Al Kafi "Lorsque le serviteur accomplit une bonne action, une autre bonne action qui se trouve juste à côté d'elle dira "Accomplis-moi, moi aussi" S'il 'accomplit, une troisième l'invitera à l'accomplir, ainsi de suite, ce qui accroît son gain et multiplie ses bonnes actions, et il en va de même pour les mauvaises actions. Et ceci se répète jusqu'à ce que les bonnes actions et les péchés deviennent des dispositions bien fixées dans l'âme, des qualités intrinsèques et des caractères stables, si bien que lorsque le bienfaisant cesse d'accomplir les actes d'obéissance [à Allah], il se sent à l'étroit dans sa propre âme et il a l'impression que la terre, si vaste soit-elle, se resserre autour de lui et il devient comme un poisson qui quitte l'eau : il ne se sentira à l'aise et joyeux que s'il revient à l'obéissance à Allah. Il en est de même pour le transgresseur qui cesse de commettre des péchés et se met à accomplir les bonnes actions, sa poitrine se resserrera et il ne redeviendra à l'aise que s'il récidive"

Sixième réveil : Celui ou celle qui a fait la meilleure oeuvre sur terre.

On ne peut inciter les croyants à faire le bien que lorsque le bien nous attend à la ligne d'arrivée. C'est en ce sens qu'Allah dit : "Y a-t-il d'autre récompense pour le bien, que le bien ?" Sourate 55, verset 60

A partir de ce sixième réveil, je ne citerai incha Allah que des formules très courtes et immensément prolifiques.

Voici l'un des hadiths les plus époustouflants que j'ai eu l'occasion de lire.

Abu Oumama rapporte que le messager de Dieu dit : "Celui qui dit juste après la prière de l'aube, et pendant qu'il est encore assis : "La ilaha ila'Allah wahdahu la charikalah, lahul mulk, walahul hamd, yuhyi wayoumit, bi yadihil khayrh, wahuwa 'ala kuli chay'in qadir" (Nul n'est en droit d'être adoré si ce n'est Allah, Seul et sans associé, à Lui la royauté, et à Lui reviennent les louanges, Il fait revivre et Il fait mourir, dans Sa main tout bien réside, et Il est sur toute chose Omnipotent) cent fois, sera ce jour-là l'homme qui a fait la meilleure oeuvre, sauf quelqu'un qui, en plus de ce dikhr, a fait plus d'oeuvres salutaires." Authentique rapporté par At-tabarani.

Septième réveil : Contracter une assurance-Paradis, en cas de mort entre la prière du Fajr et celle du Dohr

Dans le hadith authentique rapporté par An-nassa'i et d'autres, le prophète dit : "A celui qui récite le verset d'Al Kursi (le 255ème de la sourate Al baqara) à la fin de chaque prière prescrite, rien ne l'empêche d'entrer au paradis, si ce n'est la mort."

Huitième réveil : Acquisition du statut d'habitant du Paradis jusqu'au soir

Il est ici question d'une invocation célèbre, appelée, Sayyidoul Istirfar.

Dans un hadith authentique rapporté par Al Bokhari, le prophète cite cette invocation en précisant : "Quiconque prononce ces mots le soir et vient à mourir la nuit, entrera au Paradis. Et quiconque les prononce le matin, et meurt la journée, connaîtra le même sort"

"Allâhumma anta rabbî, lâ ilâha illâ ant.
Khalaqtanî wa anâ 'abduka, wa anâ 'alâ 'ahdika wa wa'dika mâ stata't. A'ûdhu bika min sharri mâ sana't. Abû u laka bi-ni'matika 'alayya wa abû ou bi-dhanbî.
Fa-rhfirh lî fa-innahu lâ yarfirhu dh-dhunûba illâ ant"


"Mon Dieu, Tu es mon Seigneur, Il n'y a de divinité digne d'adoration si ce n'est Toi. Tu m'as créé et je suis Ton serviteur. Je me conforme à Ton pacte et je suis confiant dans Ta promesse, autant que je le peux. Je te demande de me préserver des méfaits de mes oeuvres. Je reconnais Tes bienfaits à mon égard et je reconnais mes péchés. Aussi, pardonne-moi ! Car nul en dehors de Toi ne pardonne les péchés"

Neuvième réveil : Quatre formules d'exceptions, rapides, légères dans la langue, et qui valent beaucoup.

D'après Juwariya , la mère des croyants, le prophète lui a dit : "J'ai prononcé quatre paroles que j'ai répété trois fois. Si on les comparait avec toutes les formules d'évocation que tu as dites ce jour-ci, elles les égaleraient en pesée. Ce sont "Gloire et louange à ALLAH, que ceci soit célébré autant que le nombre de Ses créatures, que Sa propre satisfaction, que la pesée de Son trône et l'étendue de Ses paroles."

(Sobhanallahi wa bihamdihi, 3adada khalqihi, wa rhida nafsihi, wa zinata 3arhshihi, wa midada kalimatihi.)"
Hadith authentique rapporté par Muslim et Abou Daoud

Dixième réveil : Une protection contre les malheurs.

Dans un hadith authentique rapporté par Abou daoud et At-thirmidi, Uthman ibn 'affan rapporte ces propos du prophète : "Rien ne saurait nuire à un serviteur qui dit répète trois fois chaque matin et chaque soir "Bismillahil ladhi la yadourrhou ma'a smihi chay oune fil arhdi wala fi sama'i wahouwa sami'oul 'alim."
"Au nom d'Allah, face au nom duquel rien ne peut nuire sur terre, ni dans les cieux, et Il est Celui qui entend et sait tout"

Dans la version d'Abou daoud, il est dit "Aucun malheur inattendu ne le frappera".

Il convient alors de s'attacher à cette invocation simple et très bénéfique.

Ces cinq derniers réveils ne prennent que quelques minutes et le bienfait qui en résulte se passe de commentaires.

En espérant que cette synthèse vous sera bénéfique incha Allah

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site