Prière du vendredi et 2 aïd

 

La prière du vendredi et des 2 aïd

 

A.La prière du vendredi
1. La préparation à la prière
2. L’obligation de cette prière
3. La khutba du vendredi
4. La prière surérogatoire du vendredi

B. La prière des deux fêtes de l'Aïd
1. La préparation
2. Lieu et moment de la prière
3. Procédé de la prière.
4. La khutba

 

La prière du vendredi

Le vendredi est perçu comme étant le meilleur jour de la semaine. En effet, selon Abû Hurayra, le Prophète (qssl) a dit:
“Le meilleur jour dans lequel le soleil s’est levé, c’est le vendredi: c’est le jour où Adam a été créé, le jour où il a été introduit au Paradis et le jour où il en a été chassé. En outre l’Heure de la résurrection ne peut être que le vendredi”.
Toujours d’après le Prophète, c’est le jour le plus sublime que celui de la rupture du jeûne (yawmu l-fitr) et celui de la fête du sacriffice (‘aid l-adhhâ). En cette circonstance, il a recommandé de réciter durant la prière une certaine sourate. “Celui qui, le vendredi, récite la sourate de la Caverne, Dieu projettera en lui la lumière et lui pardonnera ses fautes de ce vendredi à l’autre”.

1. La préparation à la prière:
Il est recommandé à tous ceux qui se préparent à la prière du vendredi, hommes et femmes, grands et petits, en voyage ou non, d’être dans les meilleures conditions de propreté corporelle et vestimentaire. Ils se lavent donc, portent leur plus beaux habits, se parfument et se curent les dents avec le “siwâk”.
Le Prophète (qssl) a dit, à propos des vêtements: "Il appartient à chacun de vous d’acheter deux vêtements pour le vendredi, en plus des deux vêtements habituels”.
Il est louable que l’orant aille tôt à la prière du vendredi et s’acquitte de prières surérogatoires avant l’arrivée de l’imâm. Lorsque celui-ci apparaît et commence sa khutba, Il ne pourra effectuer que les deux rak‘â de salutations de la mosquée, encore faut-il que le processus de cette khutba ne soit pas trop avancé.

2. L’obligation de cette prière:
La prière du vendredi revêt un caractère collectif. Pour être effective, les ‘ulama ne sont pas d’accord sur le nombre de personnes nécessaires à son accomplissement. il varie, selon les écoles juridiques entre deux et quinze. Pourtant, as-Suyûti a dit qu’aucun hadîth n’indique un nombre précis.
Elle a lieu au moment du dhuhr et comporte deux rak‘â. Tous les ‘ulama sont d’accord pour la considérer comme une obligation individuelle (fardu ‘ayn) selon cete Parole de Dieu: «Vous qui croyez, quand on vous appelle à la prière à un moment d’un vendredi, empressez-vous au Rappel de Dieu. Laissez-là toute transaction commerciale : meilleur cela sera pour vous, si vous le saviez». (Coran, 62/9).
De son côté, le Prophète (qssl) a dit: “Celui qui, par négligence, renonce à trois prières successives du vendredi, Dieu apposera un sceau sur son cœur”.
Cette prière est obligatoire pour tout Musulman libre, adulte, dont la condition physique lui permet de marcher et qui n’est pas en voyage ou autres considérations acceptables qui l’en empêchent telles que la maladie. Par contre, elle n’est pas exigible de la femme et de l’enfant.
C’est ce qu’a dit l’Envoyé de Dieu: “Le vendredi est un devoir (wâjib) pour tout Musulman, exception faite pour ces quatre cas: l’esclave, la femme, l’enfant et le malade”.
Il y a lieu d’y inclure le voyageur lorsque celui-ci est absent au moment de l’heure de la prière. Il en est de même de celui que la neige, la forte pluie ou la violence du vent empêchent de se déplacer.

3. La khutba du vendredi:
La khutba s’inscrit dans la prière du vendredi. De nombreux hadîths l’attestent. De plus, l’Envoyé de Dieu a dit: “Priez comme vous me voyez prier”. Or, le Prophète ne manquait jamais de prononcer la khutba en cette occasion.
Suivant l’exemple donné par l’Envoyé de Dieu, en montant sur le minbar (la chaire), l’imâm se tourne vers l’assemblée des orants et les salue: “as-salâmu ‘alaykum”. A ce moment, il est fait un second appel à la prière.
En effet, au temps du Prophète, Bilâl lançait l’appel lorsque l’Envoyé de Dieu s’asseyait sur le minbar et renouvelait l’appel (al-iqâm) lorsqu’il en descendait.
Il est d’usage de commencer la khutba par la louange à Dieu et l’énoncé de la profession de foi. Le Prophète faisait cette invocation:
“Louange à Dieu. Nous lui demandons aide et assistance. Nous implorons Son pardon. Nous nous nous réfugions auprès de Lui afin de nous préserver des maux de nos âmes. Celui que Dieu guide, personne ne pourra l’égarer, et celui qu’Il égare, personne ne pourra le guider. Je témoigne qu’il n’y a pas de divinité en dehors de Dieu et je témoigne que Muhammad est Son Envoyé et Son serviteur. Dieu l’a envoyé avec la Vérité et annonciateur de la bonne nouvelle. Celui qui obéit à Dieu et à Son Envoyé suit la bonne voie et celui qui leur désobéit ne fait du tort qu’à lui-même; il ne lèse en rien Dieu le Très-Haut”.
“Al-hamdu li Llâhi, nasta‘înuhu, wa nastaghfiru-hu, wa na’ûdhu bi Lâhi min shurûri anfusi-nâ. Man yahdi Allâh falâ mudilla la-hu, wa man yudallil falâ hâdî la-hu.Wa ashhadu anna lâ ilâha illâ Allâh wa ashhadu anna Muhammadan ‘abdu-hu wa rasûlu-hu, arsala-hu bil haqqi bashîran. Man yuti’ i Allâha ta’âlâ wa rasûla-hu, faqad rashada; wa man ya’çi-humâ, fa inna-hu lâ yudirru illâ nafsa-hu, wa lâ yudirru Allâha ta’âlâ shayan”.

Conformémant aux habitudes du Prophète, l’imâm fait sa première khutba debout. Il s’assoit un court instant et se relève pour entamer la seconde khutba.
Le contenu de l’une et de l’autre comporte des exhortations et des enseignements relatifs à la religion. L’imam parle, en cette circonstance, à haute voix et d’une manière claire et distincte de sorte à se faire comprendre par l’assistance. Il s’efforcera de ne pas être long. Son intérêt consiste à dire le maximum de choses en peu de mots.
Le Prophète (qssl) disait: “Soyez long dans la prière et court dans la khutba”.
Cela suppose, pour être à la fois court, précis et efficace, que l’imâm soit bien instruit et maîtrise les questions de la religion.
Il est illicite de parler au moment où l’imâm prononce son “discours”, y compris pour donner au voisin un bon conseil, lui indiquant le sens du bien et mettant l’accent sur l’infâme. Cet exemple est significatif:
Un jour que le Prophète cita, dans sa khutba, un verset, Abû ad-Dardâ demanda à Abiyyu Ibn Ka‘b, assis à côté de lui, à quel moment ce passage coranique a été révélé. Ibn Ka‘b ne voulut pas lui répondre malgré son insistance à obtenir une réponse. A la fin de la prière, il lui expliqua que parler pendant la kutba est une grosse faute; il ajouta: “Lorsque tu entends ton imâm parler, écoutes-le attentivement jusqu’à ce qu’il ait terminé”.

4. La prière surérogatoire du vendredi:
La Sunna recommande d’effectuer deux ou quatre rak‘a après la prière du vendredi. Selon Abû Hurayra, le Prophète (qssl) a dit: “Celui d’entre vous qui a accompli la prière du vendredi, qu’il s’acquitte ensuite de quatre rak‘a”.
D’après Ibn ‘Umar, l’Envoyé de Dieu, après la prière du vendredi, effectuait deux rak‘a à la maison. Ibn Taymiyya donna cette précision: quand le Prophète priait à la mosquée, il faisait quatre rak‘â, mais s’il priait chez lui, il n’en faisait que deux.
Aucun de ses compagnons n’a attesté que l’Envoyé de Dieu s’acquittait d’une prière volontaire avant de quitter son domicile. D’une manière générale, avant l’adhân, ses compagons effectuaient autant de rak‘â qu’ils pouvaient: cela variait entre huit et douze et parfois moins. C’est pourquoi la majorité des ‘ulama s’accordent pour dire qu’il n’y a pas une Sunna qui institue une norme de prière avant la prière du vendredi.
Selon certaines écoles, le Prophète r ne faisait aucune prière volontaire après l’adhân. II a été dit que l’orant s’impose le silence dès que l’imâm commence sa khutba. Il lui est certes possible d’accomplir les deux rak’a relatives aux salutations de la mosquée, encore faut-il que le processus de l’allocution ne soit pas trop avancé.

Remarque:
* Lorsque la mosquée est pleine à craquer au point qu’il n’y a plus de place pour poser la tête contre le sol au moment de la prosternation, il est possible à l’orant de se prosterner sur le dos de la personne qui se trouve devant lui. A ce sujet, Ahmad rapporte ce dire de Sayyâr:
“J’ai entendu ‘Umar Ibn al-Khattâb dire lors d’un de ses prêches du vendredi: “L’Envoyé de Dieu a construit cette mosquée avec l’aide des Muhâjirîn et des Ançar. Lorsqu’elle se remplit de monde, que l’homme d’entre vous se prosterne sur le dos de son frère”. C’est pourquoi, le second Calife de l’Islam, ayant vu des gens prier au bord de la route, leur dit: “Priez à l’intérieur de la mosquée”.
* Dans le cas où la fête de l’‘aïd a lieu un vendredi: celui qui s’acquitte de la prière inhérente à la première peut se dispenser d’accomplir celle qui correspond au second. Zayd Ibn Arqama a dit que l’Envoyé de Dieu a guidé la prière de l’‘aïd et a autorisé les gens, pour ceux qui le voulaient,à ne pas s’adonner à la prière du vendredi,mais ajouta-t-il:
“Celui qui veut prier, qu’il prie alors”. (Il s’agit bien de ne pas aller à la mosquée en vue de prier en groupe. Cela ne veut pas dire qu’il faille s’abstenir de faire la prière dhuhr chez soi ou en n’importe quel autre lieu).
Cependant, il est recommandé à l’imâm d’être présent à la mosquée le vendredi afin de permettre aux orants, qui n’auront pas fait leur prière de l’‘aïd, de prier derrière lui. Il en sera de même pour ceux qui décident de s’acquitter des deux prières (celle de l’‘aïd et du vendredi) dans la Maison de Dieu.

 

La prière des deux fêtes de l’aïd

La prière de l’‘Aïd a été légalisée en l’an I de l’Hégire. C’est une Sunna impérative (mu‘akkada). Le Prophète (qssl) insista beaucoup sur son accomplissement et ordonna aux hommes et aux femmes de se rendre à la mosquée en vue de s’acquitter de cette prière.

1. La préparation:
Al-Hasan as-Sabti a dit: “Le Prophète nous a ordonné, pour les deux célébrations de l’aïd, de porter les plus beaux habits que nous avons, de nous parfumer avec les meilleurs parfums que nous possédons et d’immoler une bête en payant la plus grosse somme dont nous pouvons disposer”.

Ibn al-Qayyam a dit que l’Envoyé de Dieu, pour sa part, portait, en ces deux occasions, ses plus beaux habits; il avait effectivement un vête- ment spécialement conçu pour la prière du vendredi et celles des deux ‘Aïd.
La Sunna recommande, lors de la célébration de la rupture du jeûne (‘îdu l-fitr), de manger quelques dattes avant de quitter la maison pour se rendre à la mosquée en vue d’effectuer la prière. Quant à la fête du sacrifice (‘îdu l-adhâ), il est plutôt recommandé de s’alimenter après la prière. Telle était la pratique du Prophète r selon plusieurs témoignages de ses compagnons lesquels, bien entendu, suivaient son exemple.

2. Lieu et moment de la prière:
Il est permis de prier, en ce jour, dans une mosquée. Cependant, il est préférable de l’accomplir dans une musalla, espace découvert de prière, située en dehors de la cité, à moins que la chute des pluies, le froid... ne le pemettent pas.
Se rendent en ce lieu pour effectuer la prière, hommes et femmes, jeunes et vieux, étant en voyage ou non, filles vierges ou mariées, étant en état de pureté ou ayant leurs menstrues, bien que celles-ci doivent prier à l’écart. Si l’orant, pour une raison ou une autre, ne peut pas faire sa prière en groupe, il est tenu de s’en acquitter seul.
La plupart des ‘ulama recommandent, aussi bien à l’imâm qu’aux orants, d’aller au lieu de la prière en empruntant un chemin et d’y revenir en passant par un autre. Jâbir et Abû Hurayra, parmi tant d’autres, attestent que telle était la tradition du Prophète r. Toute fois, il est à noter que revenir de la mosquée par le même chemin que celui de l’aller est permis.
Il est recommandé, avant la prière, de louanger et de glorifier Dieu. A ce sujet, il est dit dans le Coran à propos de la rupture du jêune: «A vous de parfaire le nombre imparti, en glorifiant Dieu de Sa guidance» (Coran, 2/185). Quant à la célébration de l’aïd du sacrifice, il est dit: «Rappelez Dieu pendant des jours dénombrés». (Coran, II/203). Il existe diverses formules d’invocations. Voici l’une d’elles.
“Gloire à Dieu et louange à Dieu. Il n’y a pas de force et de puissance qu’avec Dieu. Dieu est le plus grand (trois fois). Il n’y a pas d’autre divinité que Dieu.”
Subhâna Llâhi wal hamdu li Llâhi wa lâ hawla wa lâ quwwata illâ bi-Llâhi. Allâhu Abkar, Allâhu Akbar, Allâhu Akbar. Lâ ilâha illâ Llâh.

La prière commence au moment où le soleil s’élève à trois mètres environ de l’horizon. Quoi qu’il en soit, selon ash-Shawkâni, il est préférable d’effectuer le plus tôt possible la fête du sacrifice (îdul adhâ) afin de laisser le temps aux orants de se rendre chez eux et d’immoler le mouton. Inversement, de retarder la prière de la rupture du jêune (îdul fitr) pour pemmettre la distribution de l’aumône (çadaqatul firt) avant l’expiration du temps qui lui est dévolu.

3. Procédé de la prière:
Il n’y a ni adhân, ni iqâma en ces circonstances. En effet, la Sunna recommnde de ne rien faire de tout cela. Ceci est confirmé par Ibn ‘Abbâs et Jâbir qui ont dit qu’il n’y avait pas d’adhân ni avant la prière de la rupture du jeûne ni avant celle de la fête du sacrifice que ce soit au moment où l’imâm fait son entrée ou à sa sortie de la mosquée. Il n’y a non plus ni iqâma, ni aucun autre appel. Sa‘d Ibn Abî Waqqâç a dit que le Prophète r entamait directement sa prière et ajouta qu’il prononçait ses deux khutba debout, séparant l’une de l’autre en s’asseyant un court instant.

La prière concernée comporte deux rak‘a. L’orant prononce avant la récitation de la Fâtiha, sept fois le takbîr “Allâhu Akbar”, l’un derrière l’autre, immédiatement après takbîtatul ihrâm lors de la prière rak’a, et cinq fois en entamant la seconde. A chaque takbîra, il lèvera les bras au niveau des épaules
Il est à signaler que l’omission volontaire ou involontaire de la takbîra, qui est une Sunna, n’annule pas la prière. Ash-Shawkâni a dit que si l’orant l’omet par inadvertance, il n’a pas à effectuer le sujûd-s-sahw (la prosternation de l’omission).
Il n’y a rien qui établit l’existence d’une prière surérogatoire avant ou après la prière des deux ‘aïd. Bukhâri, selon Ibn ‘Abbâs, le Prophète détestait même toute prière volontaire avant celle de l’‘aïd.

4. La khutba
La khutba après la prière est une Sunna; il en est de même de l’acte d’écouter attentivement. En effet, le Prophète r començait par la prière. Après avoir terminé les deux khutba, il montait sur la chaire et, faisant face à l’assiatnce, il commençait son allocution faite d’exhortations et d’enseignements profitables à la connaissance de la religion. L’allocution s’ouvrait par la louange à Dieu
Il est d’usage que les Musulmans, à la fin de la prière, se disent les uns aux autres: “Que Dieu l’accepte de nous et de vous”.

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site