Les conséquences du divorce

Les conséquences du divorce

 

 

Vu que le divorce est la séparation de l’épouse, les conséquences sont nombreuses. On peut citer :

1. L’obligation d’observer la période de viduité, si le mariage a été consommé ou s’il y a eu cohabitation

Si l’homme divorce de sa femme avant qu’il ne consomme le mariage ou avant qu’il n’ait cohabité avec sa femme, elle n’a pas de délai de viduité à respecter, selon la parole d’Allah (aw) : « O vous les croyants ! Quand vous vous mariez avec des croyantes et que vous divorcez d’elles avant de les avoir touchées, vous ne pouvez pas leur imposer un délai de viduité…» (Les coalisés, 49).

La période de viduité dure le temps de trois menstrues consécutives, si la femme est encore réglée; si elle a atteint la ménopause, elle dure trois mois. Enfin, si elle est enceinte, sa période s’arrête dès qu’elle a accouché.

2. La femme devient interdite au mari s’il a divorcé de sa femme deux fois avant cela

C’est-à-dire que : s’il a divorcé de sa femme et l’a reprise pendant la période de viduité, ou s’est remarié avec elle après sa période de viduité; puis, il a divorcé d’elle une deuxième fois et l’a reprise pendant sa période de viduité, ou s’est remarié avec elle après cette période; ensuit, il a divorcé d’elle une troisième fois, alors il n’a pas le droit de se remarier avec elle, tant qu’elle n’a pas conclu un mariage valable avec un autre homme, qu’ils consomment le mariage, puis que cet homme (le deuxième) s’éloigne d’elle et divorce d’elle. Après cela, le premier mari peut se remarier avec elle, selon la parole d’Allah (aw) : « Le divorce est permis seulement deux fois. Alors, c’est soit la reprise conformément a la bienséance ou la libération avec gentillesse….» (La Vache, v.229) jusqu’à « s’il divorce d’elle, alors elle ne lui sera pas licite tant qu’elle n’aura pas épousé un autre. Et si ce (dernier) la répudie alors les deux ne commettent aucun péché en reprenant la vie commune, pourvu qu’ils pensent tous deux pouvoir se conformer aux limites d’Allah. Voilà les limites d’Allah, qu’Il expose aux gens qui comprennent.» (La vache, v. 230)

« S’il divorce d’elle… » c’est-à-dire pour la troisième fois «…alors elle ne lui sera pas licite tant qu’elle n’aura pas épousé un autre. Et si ce (dernier) la répudie…» c’est-à-dire le deuxième, «…alors les deux ne commettent aucun péché…» c’est-à-dire le premier mari et la femme de qui il avait divorcé, «…en reprenant la vie commune, pourvu qu’ils pensent tous deux pouvoir se conformer aux limites d’Allah. Voilà les limites d’Allah, qu’Il expose aux gens qui comprennent » (La vache, v.230)

La femme divorcée trois fois est interdite pour celui qui a divorcé d’elle tant qu’elle ne se remarie pas avec un autre, car les gens, au début de l’islam, divorçaient et reprenaient leurs femmes, sans qu’il y ait un nombre limité.

Un homme se mit en colère contre sa femme et lui dit : « Par Allah, ni je te garderai chez moi, ni je me séparerai de toi» Elle demanda : « Comment cela ? » Il lui dit : « Je divorcerai de toi, et quand ton délai approchera de la fin, je te reprendrai » La femme en informa le Prophète (qssl) et Allah (aw) révéla le verset : « Le divorce est permis seulement deux fois…» (La vache, 66)

Et le nombre de divorces permis fut limité à trois, par compassion pour les femmes et pour leur épargner l’injustice de leur mari.

Ajouter un commentaire
 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site