Jeûner sans prier

Parmi les choses étranges qui surviennent dans la vie d’une catégorie de musulmans, c’est de voir certains parmi eux tenir à jeûner le mois du Ramadan, mais sans, malheureusement, tenir à accomplir la Prière. Ramadan jouit dans les cœurs des gens d’une vénération et d’une sacralité si importantes, transmises d’une génération à une autre, que seul un débauché, dénué ou presque de tout attachement à l’islam, oserait les transgresser.

Dans l’échelle des valeurs de la religion, la Prière jouit sans doute d’une place plus importante que celle du jeûne. Elle constitue l’acte principal d’adoration, le pilier central de l’islam et le trait distinctif entre le musulman et l’incroyant. Mais, l’ignorance, l’insouciance et l’amour excessif de ce bas-monde ont fait en sorte que les gens soient inattentifs à l‘importance de la Prière et à sa place au sein de l’islam, si bien que certains passent toute leur vie sans s’incliner un seul jour devant Dieu !

Ainsi, à chaque Ramadan, nous nous trouvons confrontés à cette question récurrente : Quel est le statut juridique de celui qui jeûne sans prier ?

Quant à ceux qui disent que celui qui abandonne la Prière est incroyant conformément à la signification littérale de certains hadiths, ce qui est relaté d’après un nombre de compagnons et jurisconsultes tels que Ahmed ibn Hanbal, Is-haq ibn Rahweïh et d’autres, leurs avis est clair à son sujet, à savoir que son jeûne est invalide car il est par son abandon de la Prière incroyant, et le jeûne d’un incroyant ne pourrait être accepté.

Quant à ceux qui partagent l’avis de la majorité des jurisconsultes parmi les prédécesseurs et les successeurs, à savoir que celui qui abandonne la Prière n’est pas incroyant mais désobéissant « fasiq », que Dieu n’est pas de nature à laisser perdre le bien accompli par quiconque et qu’Il ne lèse personne, fût-ce du poids d’un atome : « Quiconque fait un bien fût-ce du poids d’un atome, le verra, et quiconque fait un mal fût-ce du poids d’un atome, le verra » (la secousse : 7 – 8), ils estiment qu’il sera puni pour l’abandon de la Prière, récompensé pour l’accomplissement du jeûne. Dieu dit : « Au Jour de la Résurrection, Nous placerons les balances exactes. Nulle âme ne sera lésée en rien, fût-ce du poids d’un grain de moutarde que Nous ferons venir. Nous suffisons largement pour dresser les comptes » (les prophètes : 47).

Par ailleurs, si nous analysons la question sous un angle pratique et éducatif, à quoi bon dire à celui qui jeûne sans prier : Que tu jeûnes ou pas, cela ne change rien, tu ne seras point récompensé ?! Ceci le poussera peut-être à délaisser le jeûne comme il a délaissé la Prière, coupant ainsi le dernier fil, parmi les actes d’adorations obligatoires, qui le rattachait à la religion. Cette attitude sera peut-être la cause de son éloignement définitif de la religion.

La meilleure attitude et la plus utile consiste à lui dire : que Dieu te récompense pour ton jeûne, mais tu dois compléter ton islam par ce qui est plus important que le jeûne, à savoir, la Prière. Tu as connu la faim et la soif et tu t’es privé pour obtenir la satisfaction de Dieu, pourquoi, fais-tu preuve de paresse lorsqu’il s’agit de te ranger aux côtés des prieurs et de t’incliner avec ceux qui s’inclinent à la recherche de la satisfaction de Dieu ?!

Conserver ce fil qui le rattache à l’islam, ne serait-ce qu’un mois chaque année, vaut mieux que de le rompre sans une autre alternative. La perte d’un œil est, dans tous les cas, mieux que la cécité.

Extrait du livre « fiqh as-siyam » de Dr. Youssef al-Qaradawi, traduit de l’arabe par Moncef Zenati

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site